Quand j'étais petite, trônait dans le salon de mes grand-parents, un bonnet sous un globe. Il s'agissait d'un bonnet de mariée d'une de mes aïeules, je pense, comme on en portait encore au début du XIXème siècle.

J'ai gardé ce souvenir et bien plus tard, j'ai voulu en savoir un peu plus. J'ai acheté ce livre :

img133.jpg

La coiffe et son imaginaire dans le folklore de la Touraine de Daniel Schweitz.

J'ai appris pleins de choses et j'ai trouvé des similitudes avec certaines religions. Les femmes portaient le bonnet pour cacher leurs cheveux, c'étaient un symbole de "grâce et de pureté" (dixit le livre). Je ne vais pas vous raconter le livre mais le bonnet a disparu au début des années folles. Une association fait "revivre" ces bonnets qui ont de très jolies broderies ( pour voir des exemples clic ici.)

Cette tradition du port du bonnet a duré quelques siècles. Les femmes en avaient toute une panoplie pour diverses occasions : pour aller au marché, pour le mariage, pour la naissance du premier, pour le deuil, etc...

Depuis la lecture de ce livre, je fais plus attention à ces bonnets. On peut en trouver des simples sur les vide-greniers à 15€. J'avoue que je ne sais pas ce que j'en ferais... Mais je suis attentive maintenant aux vieilles photos et je suis contente car dimanche j'en ai trouvé une , elle n'était pas entière mais elle m'a plu :

img131 - Copie

On voit exactement ce qu'illustre le livre. Il n'y a que les "anciennes" qui perpétuent la tradition tourangelle et encore, elles portent un bonnet où l'on voit leurs cheveux...

Je ne me verrais pas aujourd'hui porté un bonnet même s'ils sont très jolis. Dans les années 20 les femmes ont réussies à s'affranchir de cette tradition qui avaient ses codes et je trouve cela génial et j'aime quand on parle de folklore et non d'une "obligation" à porter le bonnet. Je trouve que les femmes ont su vivre avec leur temps et à aller de l'avant...

C'est important que les régions gardent en mémoire ces objets de tradition car partout, on porté la coiffe, j'ai aussi  trouvé cette carte d'une coiffe des Deux-Sèvres : la gatinelle.

img123.jpg

Cette jeune femme est charmante en revanche la correspondance au dos est un peu moins joyeuse : Pierre écrit à son Papa qui est à la guerre il l'embrasse de tout son coeur...

Je vous laisse et vous souhaite une excellente journée...

img119

Retour à l'accueil